Par où commencer le zéro déchet : le top 3 qui m’aide au quotidien

Commencer le zéro déchet ou la vie sans emballage

J’ai découvert le zéro déchet (qui n’est pas si récent qu’il en a l’air) vers 2015 en entendant parler de Béa Johnson. Cela n’a pas été une révélation ; plutôt une évidence. Une manière logique et censée de vivre au quotidien qui a été « bousculée » (entre autres) par le faste de la société libéralo-industrielle. Mais alors, par où commencer le zéro déchet ?

Prenons les bananes, les oranges, les pastèques (au hasard) : est-ce vraiment nécessaire de les suremballer dans du plastique quand leurs peaux les protègent déjà très bien ? « Mais lors de la pesée, on fait comment ? » me direz-vous. Je les pèse sans plastique (et colle juste l’étiquette sur un des fruits). Ou je les mets dans les sacs en papier marron (on les trouve facilement dans les petits primeurs) : je ne jette jamais ces derniers. Je n’ai jamais eu de problème, de remarque ou quoi que ce soit. JAMAIS.

Assez bavardé, je vous présente mes BFF  pour commencer le zéro déchet <- laul

La gourde #palsticfree

commencer le zéro déchet avec une gourde bien sûr !
fille à la gourde

Au vu de toutes les controverses sur le plastique aka les tonnes de déchets générées et les perturbateurs endocriniens, j’ai opté pour une gourde de la marque Mizu.

Contenance 500 ml, en acier inoxydable. 500 ml est un bon compromis. Au-delà ça pèse et devient encombrant (j’ai tout le temps ma gourde avec moi), au-dessous c’est trop peu pour tenir une bonne partie de la journée (et puis on ne sait jamais : si je suis bloquée pour x raisons dans un endroit, j’ai au moins un peu d’eau sur moi).

Si vous voulez tout savoir, le matin c’est deux tasses de tisane/thé/infusion (peu importe pourvu que ce soit chaud), deux verres d’eau à midi, idem le soir. Entre deux, la gourde vient compléter les besoins en eau.

Avec elle donc, plus de bouteille plastique. A l’intérieur de la gourde, un curieux invité : un bâton de charbon actif supposé 1) retirer le gout et les attributs du chlore 2) ajouter plus de minéraux à l’eau du robinet. J’aimerai vraiment trouver plus d’informations (prouvées, of course) à ce sujet.

Note à moi-même : investir dans une gourde isotherme pour le thé quand il fait froid. Désavantage de cette gourde en acier inoxydable : l’eau reste bien froide l’hiver.

 

Question à moi-même : demander le pays de fabrication de la gourde, qui n’est pas indiqué.

gourde 50 cl sans BPA en acier
gourde sans BPA inoxydable

Le pot en verre

jeune fille marinière avec pote en verre et pâte bulk store
ni vu ni connu ; les pennes en vrac

Contre le pot de fer. Plus sérieusement, il y a quelques mois (voire années), je me suis dit « mais ce n’est pas un peu stupide de jeter le verre (dans le bac vert) pour le refondre et en refaire un nouveau contenant en verre ! ». Il m’est apparu que oui. Depuis,

je ne jette plus les contenants en verre que j’utilise (bocaux de confitures, haricots verts, pot de desserts, bouteille de vin etc).

Je les garde systématiquement, et il m’arrive d’en récupérer (en particulier les bouteilles d’alcool pour leur aspect esthétique). Donc oui, je suis un peu une gaga du verre (mais derrière cette « collection » il y a un projet ;)) et certains me sont utiles. En particulier les bocaux de 500 ml/gm et plus. Je stocke la nourriture (comme les fruits secs), l’argile et surtout les repas.

Ils passent très bien au congélateur à condition de ne pas les remplir à ras-bord (risque qu’ils gonflent et explosent). Ils remplacent parfaitement les Tupperware en plastoc pour la gamelle du midi -> Le plastique est (plus que) suspecté de contenir des perturbateurs endocriniens qui se développeraient, se rependraient allégrement dans les aliments grâce à la douce chaleur du micro-onde. Miam.

Plus sérieusement, le verre m’apparait comme un moindre mal mais attention : il n’est pas sans danger et si inerte qu’on le dit. Il peut y avoir (à faibles doses) du plomb. Beuh ! Il faudrait que je fasse des recherches et vous les partage.

Le verre reste quand même un très bon ami pour moi. Au risque de me répéter « c’est ridicule de faire fondre à très haute température (CO2…) des bocaux en verre de 250 ml pour faire des bocaux de 500ml ».

 

commencer le zéro dcéhet avec contenant en verre
le verre pour conserver les aliments secs

Le savon solide

savon de Marseille et mur de maison provencale pour débuter le zéro déchet
savon de Marseille solide fer à cheval

 

Je pourrai bien vous parler du sac cabas, mais voilà j’ai préféré placer le savon solide. C’est la vie que j’ai choisie.

Il faut savoir que je fais partie des gens qui ont horreur du gel douche. J’ai toujours eu du mal avec sa texture et l’aspect qu’il donne à la peau. Puis niveau odeur, c’est parfois trop parfumé pour moi. Bref le pain de savon/savon solide/ou même savon tout court à la côte avec moi. Je les achète en vrac en parapharmacie, herboristerie ou petite boutique en prévenant au moment de payer « Pas d’emballage svp ! ». Je bannis les supermarchés et consort où ils sont tout mous et vendus emballés sous plastique. Mon savon préféré reste le véritable savon d’Alep Royal 70% laurier.

En ce qui concerne le savon de Marseille (avec lequel je me lave les dents ) je vous recommande la savonnerie du Sérail : c’est la dernière entreprise qui fabrique artisanalement et traditionnellement le savon de Marseille.

P.S On peut visiter gratuitement cette savonnerie

salle de bain zéro déchet
se laver façon zéro déchet
commencer le zéro déchet pas à pas pinterest
plasticfree : top 3 zéro déchet

C’est tout pour aujourd’hui : vous avez le minimum pour commencer le zéro déchet !

Dans presque la même veine, je vous invite à découvrir les Ptites Boites Recyclées et sa créatrice Sibylle.

Jaymes

Facebook
Facebook
Instagram
Pinterest
Pinterest
Twitter
Visit Us
LinkedIn
RSS
Follow by Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *